Rechercher
  • Nanz

La possibilité de créer famille!

C'est le 3 juin, un mercredi matin nuageux, et je viens d'arriver au Spa, où je travaille à temps partiel en tant que conseillère RH. Mon ventre rond sort fièrement de mon chandail à capuche très ajusté; aucun de mes collègues ne sait encore pourquoi j'ai pris autant de poids dans la zone du ventre pendant le confinement de 3 moins dû au COVID19.


Alors que nous terminons notre mini-rencontre du matin, je pointe l'évidence, mon ventre, affirmant à tous que j'ai pris du poids pour les «bonnes raisons». Oui, je suis enceinte! Et tous se mettent à crier de joie en entendant la nouvelle!


Je ne le savais que depuis une semaine, mais comme je gonflais rapidement et que ça se voyait, nous avons pensé qu'il valait mieux l'annoncer tout de suite et éviter que les gens se demandent à chaque fois qu'ils me voient.

Pendant mon quart de travail, je suis allée aux toilettes à quelques reprises (ouais, 2 fois par heure, c'est une moyenne pendant la grossesse!) et j'ai été surprise de trouver un peu de sang - ce que l'infirmière que j'ai appelée cet après-midi-là a dit était normal dans les premières semaines ... D'accord. Pas de panique. Restons zen mais à l'affût, pensai-je.


C'est lorsque le flux sanguin a augmenté que j'ai décidé de me précipiter aux urgences de l'hôpital pour m'assurer que tout allait bien avec la grossesse.


Six heures d'attente avant de pouvoir enfin voir le médecin et faire un test sanguin. J'aurai les résultats demain, disent-ils, quand je reviendrai pour un rendez-vous en échographie. Pendant ce temps, en rentrant chez moi, je suis déjà en larmes, m'attendant au pire, après avoir remarqué combien de sang j'avais déjà perdu.

Et le sang n'est pas seulement ce que j'ai perdu cette nuit-là ...


Je suis retournée pour mon rendez-vous le lendemain, les yeux rouges et gonflés, zéro sourire et un visage triste, et juste le besoin qu'on me laisse tranquille avec ma peine. Les résultats l'ont confirmé: des analyses de sang ont montré que j'étais effectivement enceinte, mais l'échographie n'a montré aucun bébé dans l'utérus.

Ma première fausse couche ...


Chaque couple sur terre comprendra la douleur profonde de cette perte, après tant de joie anticipant la grossesse. Tant d'émotions opposées ressenties en si peu de temps.

Et bien plus encore que mon mari et moi essayions sans succès de concevoir depuis 2 ans, après la naissance de notre premier petit garçon en juillet 2018, qui est mort-né parce qu'il était trop prématuré.


On pourrait dire que c'est horrible et que nous n'avons pas eu de chance - quelle histoire très triste. La vérité est que, oui, nous avons traversé notre part de souffrance et de chagrin avec ces 2 pertes. Surtout qu'avoir des enfants était devenu un de nos rêves depuis que mon mari et moi nous sommes rencontrés. Il a 58 ans et j'en ai 43. Les chances sont contre nous?

Eh bien, une autre perspective est que je suis tombée enceinte naturellement, les deux fois. La fertilité s'est donc révélée ne pas être un problème.


Et tout en veillant à ce que nous exprimions toutes les émotions présentes suite à la nouvelle de la fausse couche, afin qu'il n'y ait plus aucun résidu de souffrance, nous avons tous les deux choisi de voir le bon côté de la chose (un cadeau mal emballé, comme dirait ma mère) et continuer sur notre lancée pour créer la possibilité de FAMILLE.


Une chose que j'ai apprise dans 'vivre pleinement ma vie' est d'être consciente de la façon dont je réagis à ce qui m'est 'envoyé'. Et c'est l'une des nombreuses raisons pour lesquelles mon mari et moi nous connectons tellement et nous nous entendons si bien; nous choisissons tous les deux, et ce souvent, de nous rappeler quel est notre plus grand objectif commun, ou quel est notre rêve, et de nous y engager et nous réengager, chaque fois que nous l'avons perdu de vue.


Et oui, ça arrive souvent APRÈS que nous ayons été réactifs, ou en colère, ou tristes. Et c'est la beauté d'être un humain; nous avons la conscience. Et nous possédons plusieurs dimensions. Et nous avons également le choix sur notre façon d'être face aux événements de la vie ...


Nous avons créé la possibilité de FAMILLE (c'est évidemment sur nos 'vision board'!), et nous choisissons donc encore et encore de rester connectés à cette possibilité. Garçon et / ou fille (si nous avons des jumeaux, nous serions heureux aussi!), je joue le jeu d'être à mon meilleur pour porter à terme un bébé en bonne santé et être une mère bénie. Nous jouons le jeu d'avoir une famille, donc nous gardons ça en tête. Ça signifie donc que nous nous assurons d'être le genre de personnes que nous devons être pour réaliser ce merveilleux rêve.


Les chaussures que j'ai choisies pour m'en souvenir et pour prendre des actions en corrélation avec cette création, sont ceux de bébé. Ils représentent JOIE, AMOUR et ENJOUEMENT. Et c'est avec ces possibilités en tête que je garde mon «espace» prêt à accueillir des bébés.


Quel est VOTRE rêve?

Quelles Souliers de Possibilité choisiriez-vous pour devenir la personne dont vous avez besoin d'être pour l'accomplir?


42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout